Histoires d’enfants

© Gilles Sabrié

Le bureau de l’éducation local nous a présenté Dong Jianhong  fin 2011. Petit et chétif, il a dix ans, est deuxième de sa classe en 4eme année de primaire et le premier en anglais. Sa mère l’attendait déjà lorsqu’elle est venu épouser son « père » handicapé mental. Repartie peu après la naissance de Jianhong, elle a laissé son fils chez sa « grand-mère ». Il fait partie des « enfants de Madaifu » depuis janvier 2012.

Cao Hongbin vivait avec un jeune frère et une jeune sœur lourdement handicapés. Leur père est mort d’une pneumonie en 1997. Leur mère a quitté la maison en 2002 et n’a plus donné signe de vie. Seul avec une grand-mère sourde et muette, il était, à 13 ans, en voie de déscolarisation quand nous lui avons proposé une école professionnelle à Baoji (Shaanxi), où il pu se préparer à intégrer le monde du travail. Il travaille maintenant dans une fabrique de meubles à Xi’an et touche un salaire stable qui lui permet de venir en aide à sa famille restée au village.

Quand nous l’avons rencontré, Han Yaqiang  avait 12 ans et avait déjà perdu ses parents. Sa mère s’était suicidée en 1996 et son père était mort du diabète quelques années plus tard.  Il habitait alors avec sa grande sœur. De mauvais résultats scolaires l’ont poussé à quitter le collège pour aller cueillir le coton au Xinjiang, avant que l’association ne lui propose une formation en boulangerie avec Shanghai Young Bakers, dont il sera diplômé en 2013. Il rejoindra alors les quatre autres « enfants de Madaifu » devenus boulanger.  Parmi eux, Zhang Zhenhai qui, premier de sa promotion, est parti a Aurillac finir son CAP de boulangerie.

 

Jing Baoyu avait 15 ans et était en 3ème année de collège quand son proviseur nous a informé de sa situation. Bon élève, ses grand-parents ne pouvaient assurer les frais de lycée. Son père est mort d’un cancer de l’estomac en 1995. Sa mère a quitté la maison l’année suivante. Il passe pour la deuxième fois son examen de fin d’études et son rêve est de pouvoir rentrer à l’École Normale de Tianshui et de devenir enseignant.

Tan Xiaofang est soutenue par l’association depuis ses 7 ans. Quand nous l’avons connue, son père schizophrène ne pouvait plus travailler et sa mère était partie. Depuis, elle a perdu son grand-père en 2007, puis son père en 2011. D’élève moyenne elle est devenue studieuse et devrait entrer au lycée à la rentrée 2012.  Elle habite tout près de la Maison des Douches de Shanmen et est toujours prête à venir donner un coup de main.

Wang Juan a 24 ans. Son père est mort en 2003 d’un cancer du foie puis sa mère  s’est remariée. Quand nous l’avons rencontrée, elle avait 16 ans et vivait avec son oncle et son cousin. Comme elle  était brillante, son oncle a décidé de retirer son propre fils de l’école pour pouvoir financer les études de Wang Juan. Elle a intégré l’université de Wuhan en 2007 grâce au parrainage d’une amie de l’association et suit à présent un Master de sciences environnementales.

Echanges

Mai 2008: echange de dessins

Cécile Isnard, correspondante à Lyon pour les Enfants de Madaifu, est à l’initiative de cet échange de dessins entre les écoles françaises de Saint-Pierre de Chartreuse (Isère) et Pouzols (Hérault) et les écoles chinoises de Shanmen, Guanshan et Gaoqiao au Gansu. Elle s’est rendue sur le terrain en mai 2008 pour échanger les dessins, qui ont ensuite été exposés, en France comme en Chine.

 

 

2010/2011: concours de photo sur le thème « Ma Vie »

Deux classes de 5ème du Lycée français de Pékin ont réalisé un travail sur la solidarité en 2009/2010. Leur professeur, Mme Ziegler, a demandé aux bénévoles des Enfants de Madaifu de présenter l’association, puis les enfants ont participé à la vente des « pommes de Noël » dans leur lycée.

Afin de mettre en place un projet commun entre ce lycée et une classe de première année de collège à Shanmen (Gansu), l’artiste Wen Fang a donné le même cours de photographie à ces deux classes. En suivant le thème qu’elle a choisi -«Ma vie»- une centaine d’enfants a contribué et pris des photos.

A Shanmen, l’association a offert deux appareils photos numériques pour que les enfants puissent participer.
Rassemblées dans une exposition au Lycée français de Pékin en juin 2010, ces photos sont parties à l’automne pour le Gansu et ont été exposées au village de Shanmen.

Les1800Rmb/200€ provenant de la vente des photos ont été remis à leur professeur principal pour que la classe mène à bien le projet de son choix.