Gilles Sabrié

Les photos de Gilles Sabrié

Gilles Sabrie
Gilles Sabrié, photographe, est basé à Pékin depuis le printemps 2006. Il a d’abord travaillé pour la télévision, en France puis aux Etats-Unis. Basé à New-York, il est ensuite consultant spécialisé dans la création, la programmation et la promotion de chaînes commerciales. Parallèlement, il poursuit un travail de photographe documentaire. Il voyage un peu partout dans le monde, notamment en Chine, en Inde et en Afrique du sud. Ses photos sont publiées dans de nombreux supports : Newsweek, Time, US News, The New-York Times, L’Express, Focus, Le Point, Libération, Courrier International.
En 2005, il décide de sauter le pas et abandonne la télévision. Fasciné par la Chine, il s’y installe au printemps 2006. Parmi ses derniers sujets : 175 M, ou le barrage des Trois Gorges, Mingong, Opéra itinérant, Visages dans le métro de Pékin.

 

La vente

Dix-neuf photos ont été sélectionnées. Des tirages limités, réalisés par Gao Lei, et signés par Gilles Sabrié, sont en vente au profit de l’association. (pour voir les photos, cliquez ici)

Tailles et prix des photos :

  • 80 x 53 cm : RMB 2500 ou Euros 250/ pièce – tirage sur 12 exemplaires
  • 40 x 30 cm : RMB 1500 ou Euros 150/ pièce – tirage sur 25 exemplaires

Le DVD de la projection multimédias est également en vente : RMB 100. Si vous êtes intéressés, contactez-nous par email. (cliquez ici)

Pour voir l’exposition dans sa totalité, cliquez ici
Pour visiter le site de Gilles Sabrié, cliquez ici – pour visiter son blog, cliquez ici
Pour lire l’article paru sur le site de ‘Aujourd’hui la Chine’ : cliquez ici

 

Galerie photo

Galerie photo

Exposition

En avril 2007, Gilles Sabrié est parti sur les routes du Gansu et du Shaanxi à la rencontre des enfants soutenus par l’association. Il s’est enfoncé dans les villages de montagne les plus reculés où vivent les laissés-pour-compte du miracle économique chinois, les paysans.

 » L’image que je garde est celle de cette petite fille dont le regard n’avait plus rien de l’insouciance d’un enfant, mais la gravité d’un adulte que la vie n’a pas épargné « . La petite fille, Tan Xiaofang a 10 ans, son père est malade mental et sa mère les a quittés. Elle vit avec son grand-père, à moitié sourd et aveugle, et sa grand-mère dans le village de Shanmen.  » Il y avait aussi cet instituteur, privé de diplôme par la révolution culturelle, et qui se dévoue corps et âme pour 150 yuans par mois « . L’instituteur, Lei Shixiang travaille depuis 25 ans à l’école primaire de Guanshan. Il envisage d’abandonner l’école pour rejoindre le flot des migrants qui partent tenter leur chance à la ville.

Autant d’instants d’émotion mais aussi de complicité qui ont été saisis avec beaucoup de sensibilité et de grâce par l’objectif de Gilles Sabrié.

© Gilles Sabrié A. Sur le chemin du retour
On the way back home after school (Liu Pin, Gansu)
© Gilles Sabrié B. Sur le chemin du retour
On the way back home after school (Liu Pin, Gansu)
© Gilles Sabrié C. Achat de friandise
Achat de friandise avant de commencer l’école (Bai Tuo, Gansu)
© Gilles Sabrié D. Chahut dans les couloirs
Chahut dans les couloirs de l’école de Bai Tuo
© Gilles Sabrié E. A l’école
© Gilles Sabrié F. A l’école
© Gilles Sabrié G. A l’école
A l’école. Les mains crevassées sont le symptôme d’une alimentation déséquilibrée en particulier d’un manque de vitamines.
© Gilles Sabrié H. Lei Shui Xiang, maître d’école
Lei Shui Xiang, maître de l’école de Guan Shan (Gansu). Dévoué à son école et ses élèves, récompensé de nombreux mérites académiques, il ne reçoit qu’un salaire mensuel de 150 RMB. Toutes ses requêtes pour changer de statut son restées lettre-morte.
© Gilles Sabrié I. Les élèves de l’école de Guanshan
Les élèves de l’école de Guan Shan (Gansu) en rang avant le début des classes. La plupart d’entre eux sont des enfants de paysans et habitent à plusieurs heures de marche de l’école.
© Gilles Sabrié J. Les enfants de l’école de Guanshan
Les enfants de l’école de Guan Shan font la queue pour le déjeuner. Ils mangent des pâtes matin, midi et soir, le budget de l’école ne permet pas autre chose.
© Gilles Sabrié K. Les écoliers de Guanshan
Les écoliers de Guan Shan à l’heure de la sieste dans leur dortoir : une pièce louée à un fermier local.
© Gilles Sabrié L. A l’heure de la sieste
A l’heure de la sieste, deux écoliers de Guan Shan partagent un  » lit  » dans une pièce louée à un fermier. L’école n’a pas de budget pour les dortoirs.
© Gilles Sabrié M. Les écolières de Guanshan
Les écolières de Guan Shan font la sieste dans un dortoir de fortune. Elles ne rentrent chez elles que le week-end.
  N. Han Yaqiang
Han Yaqiang, 11 ans. Sa mère, accablée par la misère, s’est suicidée, alors qu’il avait 3 ans. Son père meurt d’un diabète, 4 ans plus tard. Il vit chez sa grand-mère. (Yuan Chan, Gansu)
© Gilles Sabrié O. Tan Xiaofang
Tan Xiaofang (11 ans), avec son grand-père aveugle. La mère de Xiao Fang a abandonné le foyer familial, alors que son père est atteint de démence. La grand-mère seule peut subvenir aux besoins de la famille. Le grand père de Xiao Fang est mort quelques semaines après cette photo.
© Gilles Sabrié P. Gao Xiahong
Gao Xiaohong, 15 ans. Quand elle avait 7 ans, sa mère est morte d’une maladie cardiaque. Quatre plus tard, son père succombe à un cancer. Elle habite à présent chez son oncle, qui a désormais la charge de sept personnes.
© Gilles Sabrié Q. Après l’école, Gao Xiaohong
Après l’école, Gao Xiao Hong balaie la cour chez son oncle.
© Gilles Sabrié R. La semence de pommes de terre
© Gilles Sabrié S. A l’école

 

Exposition Photo 炕Kang

Exposition Photo 炕Kang